Olympic Sport d'Abobo

Site officiel 2012

Interview sur l’actualité du Centre OSA et du football ivoirien
avec monsieur le formateur et Président fondateur de l'OSA
.

 

1) Bonjour Mr le formateur et Président Comment va le Centre OSA ?

Le centre OSA va très bien, pour cela nous rendons gloire à DIEU, vous savez dans ce sport où ont trouve que des hypocrites et des vautours donc nous ne pouvons que rendre gloire à DIEU quant tout va bien. Mais vous savez aussi que dans toute structure, il y'a souvent des passages à vide mais à chaque fois que ces moments arrivent, nous arrivons toujours à trouver des solutions à nos difficultés et à les surmonter. Je pense que c'est çà le plus important, les problèmes de la vie et du football ne finirons jamais, mais le plus important, il faut toujours les régler avec malice et efficacité. C'est ce que je fait à chaque fois.

2) Quelle est l’actualité imminente en ce moment à l’OSA ?

Vous savez dans toutes choses lorsqu’on arrive à un niveau de la vie, il faut viser plus haut et ils faut surtout chercher la perfection. Ça fait prêt de 13 ans que nous nous habillons avec des équipements fabriqués à ABOBO par le généreux CONFEC AROUN (CH), avec le temps et le peu de moyens humain et relationnel que DIEU nous à donner, nous avons acheté des équipements de la marque KMAD qui viens même de nous livrer une première partie des commandes. Cette marque est la marque d’un jeune ivoirien très ambitieux qui vie à Marseille en France. Porter autre choses sans toute fois laisser les anciens équipements fabriqué à Abobo est notre marque de reconnaissance, car ces équipements fabriques dans ma commune de naissance nous ont rendu d'énormes services par le passé et même à présent. L’achat de ces nouveaux équipements importé, c’est une manière pour nous aussi de faire la promotion du Centre dans des pays européens et faire la connaissance d’autres équipementiers de l’extérieur car çà aussi fait parti de l'évolution et du progrès.

3) Pourquoi n’avez-vous pas placez des joueurs cette saison ?

Depuis prêt de 10 ans, nous donnons nos meilleurs joueurs aux clubs ivoiriens pour les aguerrir et les faires competir avant d’envisager un jour une aventure professionnelle, nous avons aujourd'hui prêt de 52 joueurs qui évoluent dans les championnat ivoirien avec prêt de 32 en ligue 1 seulement, donc après le départ de notre dernière génération des juniors en 2013, nous avons décidés de prendre du temps et préparer de jeunes joueurs d'avenir pendent 2 à 3 ans, afin que nous puissions mieux les former et les préparer pour les clubs ivoiriens ou l’extérieur.  C’est pour cette raison que nous n’avons pas voulu placé des joueurs dans le championnat ivoirien cette saison car nous n'avons plus rien à prouver dans ce sens. Nos enfants jouent dans les plus grands clubs du football ivoirien et dans presque toutes les équipes des différents championnats de notre pays vous allez trouver un gamin d'OSA. Donc raison pour laquelle nous prenons le maximum de temps pour mieux former ces gamins et les mettre à la disposition des clubs au moment opportun car à l’OSA, il ne doit plus avoir de l'improvisation, tout doit être planifié à la base.

 

4) Donc désormais plus d'improvisations à OSA ?

Non plus jamais çà, nous devons progresser dans tous les sens, même si c'est vrai que ces improvisation ont marché parfois mais nous avons l'obligation de travailler en nous organisant mieux que par le passer et surtout dans le sérieux. Je suis convaincu que la bonne et sérieuse formation paye et payera toujours. Vous savez en plus d'avoir déjà formé des joueurs de qualité pour le football ivoirien, nous continuons toujours de travailler très très dur pour former toujours des talents, c'est pour cette raison que nous avons mis encore une bonne organisation de détection de jeune talent qui porte déjà ses fruits.

 

5) Expliquer nous comment avez-vous fait pour détectés ?

D'abord en juin 2011, nous avons détecter de bons gamins de 8 à 12 ans via l’organisation d'un petit tournoi sur nos terrains d'entraînement mais uniquement avec des équipes venant des quartiers de la commune d'Abobo. Une détection dans laquelle ont a vu plus de 200 gamins footballeurs. Après une première sélection, nous avons fait plusieurs tri et nous sommes sortir avec 14 jeunes.

6) Qu’avez-vous fait de ces 14 jeunes ?

Avec ces 14 joueurs, nous avons entamé la seconde phase de la détection des petits prodiges de demain. Cette phase consistait à aller dans les bas quartiers de la commune d'Abobo, pour cette fois aller vers les futurs bons joueurs qui n'avaient pas pu se déplacer lors du tournoi que nous avons organisé. C'est ainsi que nous avons choisi 10 quartiers de la commune d'Abobo et dans cette phase nous avons détecté plus de 18 gamins et en plus des 14 déjà présent, nous les avons tous réunis dans notre centre d'entraînement pour un ultime test dans lequel ont a gardé 16 joueurs. Avec le temps et le travail abattu par moi et mes coachs, ces enfants ont commencé a pratiquer du très bon football et à gagner tous les matchs qu'ils jouaient dans la commune d'Abobo et contre des adversaires souvent plus grands qu'eux. Imaginez que ces enfants depuis 2011 gagnent presque tout le monde à Abobo et d'autres équipes de la ville d'Abidjan et souvent par des score large.

 
7) Quel est votre satisfaction après cette première expérience avec ces gamins ?

Notre plus grand plaisir avec ces gamins, aujourd'hui après juste quelques années seulement de travaille, ils sont en MINIME et continue sur leur lancée en pratiquant du très bon football et en gagnant de la même manière pour la plupart du temps leurs adversaires. Nous sommes plus que jamais convaincus aujourd'hui que la bonne formation finie toujours par payer.

8) Après cette première réussite vous avais eu d’autres détections de ce gent ?

Bien sure, nous avons repris cette formidable et palpitante expérience de détection de jeune prodige depuis fin année 2013 et début 2014 en suivant la même procédure et organisation que la précédente qui nous donne des résultats à 90% satisfaisant. Donc quoi de plus normal à continuer sur cette lancer. Nous avons fini cette nouvelle détection il y'a de cela 1 mois et nous sommes maintenant dans la phase de leurs pré-formation en espèrent la même réussite que les précédents gamins.

 

9) Quel sont en ce moment vos difficultés dans la formation des gamins ?

Honnêtement notre plus grande difficulté dans le centre, c'est l'éducation des enfants, vous savez aujourd'hui la société est pourri, nos petits frères, élèves, enfants et jeune footballeurs se dirige vers des pratiques qui peu détruire leurs avenir, la cigarette, l'alcool, la drogue, la femme, le broutage etc.. Tu recrute un gamin à 10 et tu le forme pendent 7 ans et arrivé à 17 ans il s'adonne à des pratiques interdite par les règlements et principes du centre, quelques soit le talent de ce gamin je suis obliger de me séparer de lui mais vous comprenez que c'est 7 ans de travaille et dépenses qui sont tomber à l'eau, ces enfants ne sont pas internés dans mon centre donc il passe la plupart du temps chez leurs parents qui malheureusement n'arrivent pas à suivre et à maîtriser leurs propre enfants. Pendent que je leurs blâme au centre ! c'est la libertés total une fois arriver chez eux en famille et dans leurs quartiers donc dans ces conditions c'est tout à fait logique que l'enfant parte à la dérive et que je le libère de mon centre après tant d'année de travailler pour arriver à ce résultat négatif. Donc voilà à peu près les difficultés que j'ai dans la formation des gamins, mais je suis pas seul à avoir ces difficultés, c'est tous les centres qui ont ces problèmes, aujourd'hui où je vous parle 95% des centres et formateurs ce sont résigné et ils s'en foutre de ce que l'enfant fait en dehors du football, c'est à dire cigarette, l'alcool, la drogue, la femme, le broutage etc. car il préfère garder un bon joueurs dans son centre et avoir un enfants très inconscient dans son centre, donc moi je dire non, non et non, c'est vrais j'en perd des talentueux mais je m'en débarrasse de beaucoup d'inconscients pour sauvegarder l'équilibre de mon centre.
 

10) Quels sont les objectifs à court, moyen, et long terme pendent ces 3 prochaines années à OSA ?

Disons qu’au niveau d’OSA,

- L’objectif à court terme, c’est la restructuration du Centre car à OSA nous misons cette saison sur l'organisation. Pour des raisons professionnelles, nous sommes à chaque fois obligé de restructurer le centre en permanence, pour des raisons indisciplinaires en dehors du terrain et pour mauvais rendement sur terrain, nous nous séparons régulièrement des jeunes joueurs pour ces différents raison car à l’OSA personne n'est au dessus des lois et des principes du centre. Les règlements du centre s'applique à tout le monde même aux encadreurs, donc avec ces changements, cela nécessitera la réorganisation dans certaines catégories du centre et continué à très bien travailler en formant des future joueurs de qualité. 
- L’objectif à moyen terme, c’est l’acquisition d’un moyen de transport pour le déplacement des joueurs pour nos différents matchs car nous éprouvons d’énormes difficultés pour le déplacement des joueurs. Aussi, nous voulons une reconnaissance de la part de la majorité de nos joueurs professionnels car il y'a 1 ou 2 qui essais de nous faire face de temps en temps mais cela reste vraiment insignifiant vu le nombre incroyable de nos professionnels et vu ce que nous avons fait pour eux et surtout vu ce qu’ils gagnent en ce moment. Nous espérons aussi avoir un club pour le championnat du district ou régional afin de faire compétir nos joueurs pour les aguerri avant d'autres challenges importent.

 - l’objectif à long terme c’est d’avoir un terrain d'entraînement digne de ce nom, pas forcément avec un internat mais juste un terrain d'entraînement. C'est bien vrais que notre lieu d’entrainement l’école Habitat qui a permis et continue de nous permettre de former d’excellents joueurs mais, nous voulons un terrain à la dimension du Centre pour continuer encore à former aussi des talents qui évolueront au plus grand sommet du football ivoirien et mondial, surtout pour que ses talents puisse servir notre pays la Côte d’Ivoire. Pour finir avec nos objectifs à long terme, après avoir formé 03 ballons d'or du championnat ivoirien en l'occurrence YA KONAN DIDIER, KOUAKOU IRENE et COULIBALY TOPIO, nous rêvons de former 1 voir 2 joueurs qui deviendront des futures ballons d'Or du football ivoirien.

11) Avec quels moyens comptez-vous mettre en pratique ces objectifs ?
 
 D’abord nous espérons que les clubs et managers européen aurons pitié de nous pour nous permettre d'avoir nos droits à 100% pour pouvoir nous occuper de nos centre car ce que Monaco est entrains de nous faire, je trouve ça méchants et très malhonnêtes. Pour ne pas payer mes vrai droits, le club à réduit à 90% mes indemnités de formation, car au lieu de 10 millions d'euros, l'AS Monaco me fait croire que le transfert a coûté 3 millions d'euros en plus avec des preuves or tout le monde connait la valeur du transfert de Traoré Lacina. Avec tout çà comment se développer, si clubs ivoirien est malhonnêtes, joueurs ingrats, clubs européens aussi nous arnaques où allons nous à cette allure ?

Nous comptons mettre en pratique ces objectifs par notre organisation, notre dévouement et aussi par l’apport de nos professionnels car nous avons espoir que ceux qui sont loin de nous, ce ressaisirons un jour et reviendrons à la raison, ceux qui essais déjà de nous aider, qu'ils nous aide au maximum, car nous demandons rien mais juste qu'il aide leurs centre à continuer d'aider leurs petits frères qui sont en ce moment au centre et nous comptons aussi sur l'aide des personnes de bonnes volontés.

 

12) Quelles sont vos relations en ce moment avec vos joueurs professionnels et locaux ?

Il faut dire que nos relations en ce moment ne sont pas parfaites, car il y'a prêt de 90% de nos footballeurs professionnelles et 99% de nos footballeurs locaux qui sont pas du tout reconnaissant envers le centre. Vu ce que le centre à fait pour eux, certains de nos joueurs ne respectent pas les engagements qu’ils ont pris vis-à-vis du centre.

Comment ?

D’autres ne répondent plus à mes coups de fil, je n’ai plus de nouvelles de certains. Et lorsque je sollicite certains en cas de difficultés, ces derniers refusent de m’aider de façon catégorique et pire certains d'entre eux sont encourager par leurs parents. Ces parents qu'hier ont combattu leurs propres enfants parce qu’ils ne voulaient pas que leurs enfants jouent au football, ce sont ces mêmes parents aujourd'hui qui nous dénigre et qui ne veulent pas que leurs enfants nous aident à aider les autres. Je trouve cela cruel et inhumain, car nous avons entraîné, former, éduquer et aider ces enfants pendent des années au moment ou leurs propre parents les reniait à cause du football. Nous avons très mal mais nous sommes dans le football par passion et par amour, nous prions le bon DIEU pour n'est que la méchanceté et l'ingratitude notoire de ces enfants et leurs parents ne nous ferrons pas perdre le goût de ce métier magnifique et noble.

Nous avons formé ces enfants à 100% gratuitement et ils nous ont tous, je dire très bien ils nous ont tous promis la reconnaissance à leurs réussite et aujourd'hui ils ont réussi ils nous traître de tout au lieu de la reconnaissance qu'ils nous ont promis. Le pire certains d'entre eux nous combattent avec haine, nous prenons nos maux en patience car nous espérons toujours un changement aussi que DIEU va toucher le cœur de ces enfants et leurs parents.
Lire la suite...

 

Publié le 18/03/2014                                                                                             Stranwa